Partenaires

CNRS
UPS



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Séminaires 2010 > Soutenance de thèse : Électroperméabilisation de Systèmes Modèles

vendredi 24 septembre — 14h00

Soutenance de thèse : Électroperméabilisation de Systèmes Modèles

Thomas Portet

par Pierre Pujol - 24 septembre 2010

L’électroperméabilisation est un procédé fondé sur l’application d’impulsions électriques qui peuvent induire une perméabilisation réversible de la membrane plasmique de cellules vivantes. En d’autres termes : si vous soumettez une cellule à des impulsions électriques d’amplitude et de durée judicieusement choisies, vous serez alors en mesure d’introduire dans son cytoplasme des molécules d’intérêt autrement incapables de traverser son enveloppe externe, et ce sans affecter sa viabilité. Cette technique a donné lieu à diverses applications, notamment dans le cadre de la lutte contre le cancer ou des thérapies géniques. Comportant moins de risques que les méthodes de transfection virales ou chimiques, son usage est de plus en plus répandu dans la communauté médicale. Cependant, les processus de réorganisation de la membrane, au niveau microscopique, sont encore méconnus et sujets à débat. Une meilleure description de ces phénomènes permettrait d’améliorer l’efficacité et la sécurité des protocoles de traitement. Une stratégie possible pour accroître notre compréhension de l’électroperméabilisation consiste en la réalisation d’expériences sur des systèmes modèles.

Cette thèse aborde l’étude de l’effet d’impulsions électriques perméabilisantes de longue durée (quelques millisecondes) sur des systèmes lipidiques artificiels, des vésicules unilamellaires géantes. Il est décrit comment ce travail sur systèmes modèles a contribué à améliorer notre compréhension fondamentale de l’électroperméabilisation, mais aussi comment il a donné lieu à deux catégories d’applications : le chargement de vésicules avec des macromolécules et la mesure de grandeurs physiques caractéristiques des bicouches lipidiques, les tensions de bord. Ces recherches comportent aussi un aspect de modélisation de l’entrée dans des cellules électroperméabilisées de différentes molécules, via la résolution numérique d’équations aux dérivées partielles gouvernant l’évolution de leur concentration. Cette partie apporte des éléments de réponse visant à expliquer les différences observées expérimentalement entre le transfert de petites et de macromolécules.

Mots clé : Électroperméabilisation, Vésicules Unilamellaires Géantes, Tensions de Bord, Expériences, Théorie