Partenaires

CNRS
UPS



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Recrutement > Stages M2 / Thèses au LPT > Étude théorique des systèmes quantiques contraints

Étude théorique des systèmes quantiques contraints

par Webmaster - 28 mai

Toutes les versions de cet article : English , français

Date de début de la thèse : 1er octobre 2019

Ce sujet de thèse en théorie de la matière condensée concerne l’étude théorique de systèmes fortement corrélés, en présence de contraintes entre ses éléments constituants.

Les contraintes sont présentes dans la description d’une grande variété de systèmes physiques, allant des théories de jauge, des systèmes vitreux, des aimants quantiques ou de la physique atomique (comme dans le phénomène de blocage de Ryberg). Ces contraintes résultent en de nouveaux phénomènes physiques, tels que l’apparence de monopoles magnétiques dans la glace de spin, de comportement vitreux sans désordre, de liquides de spins (systèmes qui ne s’ordonnent pas même à température nulle) ou encore de comportement de thermalisation anormal. Les contraintes locales peuvent être intrinsèques, ou émerger à basse énergie dues aux interactions entre particules. Plus récemment, il a été possible d’artificiellement imposer un certain type de contraintes dans les simulateurs quantiques. D’un point de vue théorique, ces contraintes sont modélisées à l’aide de degrès de liberté adaptés, comme dans les modèles de dimères ou de boucles.

Les aspects à la fois à l’équilibre et hors-équilibre de tels systèmes quantiques seront considérés, avec des applications en magnétisme quantique (liquides de spins, phases topologiques), thermalisatino et localisation à N corps. Durant la thèse, l’étudiant développera et utilisera des techniques numériques innovantes adaptées, telles que la diagonalisation exacte avancée, les méthodes de Monte Carlo quantique, de réseaux de tenseur ou de réseaux de neurones artificiels.

Cette thèse (durée 3 ans) est financée par une collaboration entre le CNRS (France) et l’IISER Pune (Inde). Une collaboration avec G. J. Sreejith à l’ IISER Pune est prévue, avec un financement pour des visites annuelles à l’IISER Pune pour l’étudiant.

Le directeur de thèse est Fabien Alet, et le doctorant sera intégré au groupe de théorie de la matière condensée de Toulouse.

Les candidats doivent avoir une formation initiale et des connaissances approfondies en mécanique quantique et physique statistique. Un intérêt / une expertise pour les simulations numériques sera appréciée. Un diplôme de Mastère (ou équivalent), avec date d’effet au début de la thèse, est nécessaire.

Les candidats intéressés peuvent envoyer une candidature à Fabien Alet ( alet@irsamc.ups-tlse.fr ) avec un CV incluant les résultats de Mastère, une brève lettre de motivation et faire parvenir au moins deux lettres de recommandation à la même adresse.

Pour plus de détails sur les recherches menées : http://www.lpt.ups-tlse.fr/alet